29/03/2008

Les oeufs ludiques des cloches de Pâques

Tous les prétextes sont bons, n'est-ce pas ? Alors invoquons ces bonnes vieilles cloches de Pâques pour justifier les deux dernières nouveautés qui viennent d'intégrer la ludothèque du club.

Aquaretto Pour 2 à 5 joueurs, Aquaretto poursuit bien évidemment l'exploitation de la rentable franchise Coloretto/Zooloretto du teuton Michael Schacht. Là où cette déclinaison du Spiel des Jahres 2007 innove, ce n'est pas simplement en collant un dauphin plutôt qu'un panda en illustration de couvercle, mais bien en proposant à la fois une extension à combiner avec le jeu de base et un jeu complet, qui peut se jouer indépendamment de Zooloretto. Le chargement et la distribution de camions d'animaux reste évidemment le ressort ludique qui relie le jeu à sa galaxie "Gnagnaretto". Après, de nouveaux assaisonnements viennent relever le plat, notamment via, au-delà des bébêtes sexuées, de nouveaux statuts pour les animaux en enclos (ici, thème oblige, des mammifères et oiseaux marins et/ou polaires). Au-delà de l'opportunité toujours évidente pour un éditeur de maintenir un intérêt commercial pour ses best-sellers, Aquaretto semble bien laisser entendre que 2008 sera encore une belle année tant pour Abacus Spiele que pour Michael Schacht.

Giganten der LüfteGiganten der Lüfte (Airships, Les Géants des Airs, dans la version multilingue désormais disponible) était l'une des deux grosses nouveautés de l'éditeur Queen Games au salon Spiel07 à Essen en octobre dernier. En plus du matériel et des graphismes toujours réussis des équipes Queen, Giganten der Lüfte est signé par un très grand nom de la scène allemande, celui d'Andreas Seyfarth, auteur ou co-auteur avec son épouse Karen, de classiques modernes tels que Manhattan (Hans im Glück, 1994), Puerto Rico (Alea Ravensburger, 2002, vainqueur du Deutscher Spiele Preis) ou Thurn und Taxis (Hans im Glück, 2006, Spiel des Jahres). Les premiers retours critiques voudraient dénigrer les Géants des Airs, pour un usage trop important du hasard via des lancers de dés liés à des cartes. Les Ouvre-Boîtes n'ont pas pour habitude de hurler avec les loups et nous ne livrerons nos impressions qu'une fois le jeu essayé et rééssayé. Quoi qu'il en soit, fallait que ca se sache, la thématique (construction et exploitation de dirigeables zeppelins) parle directement à l'imaginaire personnel d'un des fondateurs du club.

16:44 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nouveautes ludotheque |  Facebook |

24/03/2008

Le procès ludique de Monsieur Phal

Grand ordonnateur de Tric Trac, le webzine francophone des jeux de société le plus consulté sur la toile, Monsieur Phal devait bien répondre de ses actes un jour ou l'autre. C'est aujourd'hui!

Mr Phal


Présidente de la cour: Roxane

Greffier: Sebastien

Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Phal, Monsieur, 43 ans... Aucune, je suis fourbe, mesquin, menteur, mangeur de raviolis froids à même la boîte et j'ai, surtout, un physique ingrat.

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Quoi que l'on ait pu vous dire, ce ne sont que calomnies et ragots. Enfin, sauf pour le chat mort, c'est certainement très en dessous de la vérité.

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

J'ai découvert le jeu lors de mon premier séjour en prison. L'un des gardes avait monté une ludothèque. C'était ça ou la buanderie, et quand on connait mon aversion pour les sous-vêtements...

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

Réussir à répondre à des interviews sans être auteur, illustrateur, éditeur ou distributeur de jeux…

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

J'aime les jeux où l'opportunisme est présent, les jeux où l'on doit s'adapter à une situation à un instant I après une analyse, plus ou moins rapide, des variables qui se sont mis en place durant la partie. Après, qu'il y ait des dés, des cartes, des tuiles, peut importe... L'opportunisme représente bien l'histoire de ma vie. Voyez. En fait. Oui. C'est ça.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Je n'ai pas d'ami. Aucun. Je n'aime pas les gens, alors les couvrir...

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Je n'ai jamais vraiment noté de préférence particulière, en fait. Je pratique un paquet de jeux, d'un paquet d'auteurs, d'un paquet d'éditeurs... Et en tant qu'opportuniste 6e Dan, j'essaye de saisir un maximum d'occasions de jouer à de bons jeux et il y en a chez pas mal de monde.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Un seul. Ne pas avoir claqué le beignet de Philippe Douchard en 1972 lorsqu'il m'a accusé de lui avoir piqué son goûter alors qu'il l'avait vendu 2 francs à Bernard Cabel. 'Tain rien que dit penser....

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Monsieur Phal, après une très longue délibération, le jury se refuse à statuer sur votre sort. Par ailleurs, face à la complexité de votre cas, la cour se déclare incompétente à rendre un verdict. Vous l'avez échappé belle!

12:26 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

12/03/2008

Giboulées ludiques

Le mois de mars n'est pas clément, c'est peu de le dire... Mais quelques nouveautés ajoutées à la ludothèque des Ouvre-boîtes viennent quelque peu tempérer ce climat qui n'annonce en rien le printemps.

0jeu des cochons0haste bock

Place dès lors aux animaux de la ferme avec les ultra-classiques mais ultra-jouissifs cochons du "Jeu des Cochons" à balancer dans tous les sens et les irrésistibles petits moutons des frères Lamont, auteurs-éditeurs autodidactes et britanniques dont le jeu primé "Shear Panic" est devenu "Haste Bock ?" dans cette édition trilingue chez Zoch zum spielen (une édition un rien moins aboutie, disponible chez 999 games sous le titre batave "Paniek in de wei", peut aussi se trouver dans les boutiques et, c'est à noter, les rayons non-food des magasins Colruyt). Mélant habilement stratégie programmée, réactions opportunistes et une bonne dose de fun, le troupeau de brebis qui fait tantôt les yeux doux au bélier, tantôt se bouscule pour échapper à la tonte, nous a séduit dès la première partie.

0jamaica

Grosse nouveauté du tournant 2007-2008, "Jamaica" rejoint à son tour la ludothèque des Ouvre-Boîtes, par l'entremise de l'agréable boutique lilloise Rocambole. Ce jeu à la participation flexible (de 2 à 6 joueurs), fruit des oeuvres conjuguées de Bruno Cathala (plein de jeux), Sébastien Pauchon (Yspahan) et Malcolm Braff (Animalia), dévoile un matériel de toute beauté, qui hisse encore un peu plus haut la barre du plaisir visuel avant même de poser l'acte ludique. Course de beateaux pirates autour de l'île rastafarienne, ce jeu, édité par Gameworks, la structure de l'helvète Pauchon, est au programme de la prochaine soirée des Ouvre-Boîtes.

17:46 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nouveautes ludotheque |  Facebook |

02/03/2008

Le procès ludique de Sylvie Barc

Un vent frais s'engouffre dans la salle. C'est le bon air de la montagne qu'amène avec elle l'accusée du jour. Pionnière de la création de jeux en France, Sylvie Barc doit aujourd'hui répondre de ses méfaits...

sylvie Barc

Présidente de la cour: Roxane
Greffier: Sebastien
Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Mon nom est Barc, Sylvie Barc. Je suis âgée d’un demi-siècle. Je suis joueuse depuis toujours et auteuse de jeux depuis un quart de siècle. Je suis mariée avec Dominique, mon éditeur préféré. J’ai quatre enfants :  trois filles de 27, 25 et 17 ans et un garçon de 10 ans. Je suis également grand-mère de deux adorables (enfin pas toujours !) petites-filles. J’avoue tout de suite à l’honorable cour que j’ai perverti tous mes enfants en les habituant à jouer dès leur plus jeune âge. D’ailleurs les deux plus grandes sont ludothécaires et la troisième souvent bénévole pour ses soeurs. Heureusement, Tom souhaite devenir chimiste, ce qui sauvera peut-être l’honneur de la famille. J’espère qu’il me vaudra des circonstances atténuantes.

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Je crains que ce ne soit à cause de mes activités qui, à petite échelle, incitent de très sérieuses personnes à découvrir des plaisirs ludiques et conviviaux au détriment d’activités plus respectables telles que la chasse aux papillons ou la linamentophilie.

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

J’avoue que mes parents sont en grande partie responsables de mon goût pour cette pratique plus que douteuse. J’ai appris à jouer à rami à trois ans, à la belote à quatre et au poker à cinq. J’ai également pratiqué assidûment Petits Chevaux, Nain Jaune et tout ce qui existait à l’époque. Mais le pire était à venir avec l’éclosion de jeux totalement différents, au tout début du dernier quart du siècle dernier. Ce fut la catastrophe ! Dune, Civilisation, Hoax, Acquire, Borderlands, Cosmic Encounter, Organized Crime et tant d’autres. Et puis les jeux de rôles… Là, tout était irrémédiablement fichu !

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

J’espère que mon pire forfait n’est pas encore commis ! Mais j’avoue avoir une déplorable envie d’emprunter des chemins nouveaux et non balisés qui me poussent à commettre des jeux qui introduisent des systèmes qui ne sont pas encore dans l’air du temps comme les enchères dans Das Gold der Mayas ou le chaos dans Élixir.

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Peu importe, tant que le système du jeu sert son thème - quoique lever des plis ne soit pas ma tasse de thé. Mon modus opérandi, si tant est que j’en aie un,   serait plutôt basé sur l’interaction afin de favoriser le « relationnel » plutôt que le « technique ». Mais j’ai également commis quelques jeux purement techniques qui me plaisent tout autant…

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Je n’ai aucun complice préféré mais, si j’en avais, je ne tiendrais pas à les couvrir, bien au contraire !

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

J’avoue être assez inconstante et ne pas avoir réellement de dealers favoris. Peu m’importe l’auteur ou l’éditeur, j’aime un jeu ou je ne l’aime pas. Et j’aime des tas de jeux différents selon les moments et les gens avec lesquels je les partage.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Des remords, certainement pas ! Je plaide totalement coupable et je ne renie rien de ce que j’ai fait. Je suis très fière d’avoir réussi à corrompre de nombreux jeunes - ou moins jeunes - gens, tout particulièrement avec Élixir qui, je crois, a beaucoup fait pour les détourner du droit chemin. Et si l’honorable cour décide de me condamner, qu’elle n’oublie pas de remplir les étagères de ma cellule avec des ramettes de bristol, des feutres, des ciseaux, des pions, des dés et des bouts de ficelle afin que je puisse continuer.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Madame BARC Sylvie, après délibération, le jury vous reconnaît coupable de Capharnaüm et de Sharivari dans la Casbah. La cour vous condamne à 3 épreuves : boire l'Elixir de vérité, faire le tour du monde avec comme étapes obligatoires Paris, Bombay, La Savane, La ville de Rattlesnake et enfin à regarder "Un homme et une femme" en boucle !


18:15 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |