11/05/2008

Le procès ludique de Serge Laget

La Justice des Ouvre-Boîtes est un processus qui ne peut connaître de limitations ni dans l'espace ni dans le temps. Nous voici donc en route pour Lyon où Serge Laget, créateur ludique depuis au moins un quart de siècle (Le gang des traction-avant, Mare Nostrum, Mystère à l'Abbaye, Senji, entre beaucoup d'autres), ne jouira pas de la prescription. 

serge Laget

Présidente de la cour: Roxane

Greffier: Sebastien

Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Révérend Père Sergio, Sir Laget's de Cornouailles, Sergius Lagetus... ça dépend des jeux. Mon âge est incommensurable (j'étais déjà là au siècle dernier avec le
gang des tractions-avant...). Mes qualités sont innombrables et la modestie n'est pas des moindres!

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

La plupart des jurés ne peuvent s'en souvenir mais j'ai commencé à jouer (je veux dire pas avec mon hochet dans mon couffin) avec Dune, Diplomatie, Civilisation, Warrior Knights, Kings & Things, et autres Full metal planete, à une époque bénie où un jeu de moins de 4 heures était un jeu d'apéro!

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

Chevaliers de la Table Ronde est sans aucun doute le plus marquant mais Mare Nostrum restera toujours mon chouchou...

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Empiler des tuiles avec Dédééééé. Le type de mécanisme n'est pas primordial pour moi en revanche j'aime que les jeux aient un thème fort et bien en adéquation avec les mécanismes. Si un jeu ne fait pas rêver, ne fait pas parler après la partie, il me manque quelque chose.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

J'aime bien les Bruno's! Ca doit venir du prénom...

Si la cour devait dédider de vous accorder une seconde chance, qu'en feriez vous?

Chanteur d'opéra ... pour me venger de tous ceux qui ont dit du mal de mes jeux!

Avez-vous des circonstances atténuantes à invoquer ? Si oui, lesquelles?

J'ai de très mauvaises fréquentations... et je les écoute!!!

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Monsieur LAGET Serge, après délibération, le jury vous reconnaît coupable d'un nombre de méfaits au moins aussi important que votre production ludique.

Cependant, face à l'évidente résilience dont vous faites preuve depuis un quart de siècle, la Cour ne peut que constater son incapacité à statuer sur votre sort et vous permet de continuer à laisser libre cours à votre imagination.

20:44 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

16/04/2008

Le procès ludique d'AL

Des fois, il n'est pas besoin d'aller bien loin. A quelques 15 km d'ici, le club des "BABOAL" cache un malfaiteur ludique qui va aujourd'hui répondre de ses actes! Al est grand, Al est beau mais sent-il le sable chaud???

Al

Présidente de la cour: Roxane

Greffier: Sebastien

Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

MATTHYS Luc (dit AL) 54 ans. J'aurais mis "S" à Qualité mais bon...

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

L'élection de Mister Belgium peut-être ?  Ah ! non ? En tous cas, ce n'est pas pour l'élection du meilleur joueur, ça c'est certain !

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

Houlà ! Ca remonte à loin tout ça ! Pourtant chez moi, on ne jouait pas ! Il y avait bien mon père qui jouait aux cartes (Couillon, belote etc...) au bistrot mais les enfants avaient le droit de se taire. J'ai commencé à jouer chez un copain, je devais avoir 7 ou 8 ans, en découvrant le "Nain jaune", le Monopoly et... la crapette.

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

Alors là, sans aucun doute, c'est d'avoir accepté de créer "Les Jeux de BABOAL" pour les amis qui jouaient avec nous à la maison. C'est vrai que nous manquions de place mais j'étais loin de me douter que ce club de jeux allait me prendre autant de temps et d'énergie.

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Pas nécessairement les dés. Je n'aime pas trop quand la part de chance est trop importante ou trop présente dans un jeu.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Babou, sans hésitation ! Elle me suit dans tous mes mauvais coups et en plus c'est elle qui tempère mes élucubrations de grand rêveur. Ensuite, tous les amis qui nous soutiennent depuis le début et grâce à qui nous avons entrepris cette aventure dans le monde ludique.

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Je n'en ai pas la moindre idée. En fait, nous achetons les jeux qui nous sont réclamés par nos membres.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Ni remords ni regrets. J'assume pleinement ou du moins... j'essaye lol.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Monsieur AL, après délibération, le jury vous reconnaît coupable!!!!!

Pourquoi? ....  Parce que!!!!!

21:56 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

24/03/2008

Le procès ludique de Monsieur Phal

Grand ordonnateur de Tric Trac, le webzine francophone des jeux de société le plus consulté sur la toile, Monsieur Phal devait bien répondre de ses actes un jour ou l'autre. C'est aujourd'hui!

Mr Phal


Présidente de la cour: Roxane

Greffier: Sebastien

Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Phal, Monsieur, 43 ans... Aucune, je suis fourbe, mesquin, menteur, mangeur de raviolis froids à même la boîte et j'ai, surtout, un physique ingrat.

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Quoi que l'on ait pu vous dire, ce ne sont que calomnies et ragots. Enfin, sauf pour le chat mort, c'est certainement très en dessous de la vérité.

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

J'ai découvert le jeu lors de mon premier séjour en prison. L'un des gardes avait monté une ludothèque. C'était ça ou la buanderie, et quand on connait mon aversion pour les sous-vêtements...

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

Réussir à répondre à des interviews sans être auteur, illustrateur, éditeur ou distributeur de jeux…

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

J'aime les jeux où l'opportunisme est présent, les jeux où l'on doit s'adapter à une situation à un instant I après une analyse, plus ou moins rapide, des variables qui se sont mis en place durant la partie. Après, qu'il y ait des dés, des cartes, des tuiles, peut importe... L'opportunisme représente bien l'histoire de ma vie. Voyez. En fait. Oui. C'est ça.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Je n'ai pas d'ami. Aucun. Je n'aime pas les gens, alors les couvrir...

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Je n'ai jamais vraiment noté de préférence particulière, en fait. Je pratique un paquet de jeux, d'un paquet d'auteurs, d'un paquet d'éditeurs... Et en tant qu'opportuniste 6e Dan, j'essaye de saisir un maximum d'occasions de jouer à de bons jeux et il y en a chez pas mal de monde.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Un seul. Ne pas avoir claqué le beignet de Philippe Douchard en 1972 lorsqu'il m'a accusé de lui avoir piqué son goûter alors qu'il l'avait vendu 2 francs à Bernard Cabel. 'Tain rien que dit penser....

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Monsieur Phal, après une très longue délibération, le jury se refuse à statuer sur votre sort. Par ailleurs, face à la complexité de votre cas, la cour se déclare incompétente à rendre un verdict. Vous l'avez échappé belle!

12:26 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

02/03/2008

Le procès ludique de Sylvie Barc

Un vent frais s'engouffre dans la salle. C'est le bon air de la montagne qu'amène avec elle l'accusée du jour. Pionnière de la création de jeux en France, Sylvie Barc doit aujourd'hui répondre de ses méfaits...

sylvie Barc

Présidente de la cour: Roxane
Greffier: Sebastien
Jury: Les Ouvre-Boîtes

Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Mon nom est Barc, Sylvie Barc. Je suis âgée d’un demi-siècle. Je suis joueuse depuis toujours et auteuse de jeux depuis un quart de siècle. Je suis mariée avec Dominique, mon éditeur préféré. J’ai quatre enfants :  trois filles de 27, 25 et 17 ans et un garçon de 10 ans. Je suis également grand-mère de deux adorables (enfin pas toujours !) petites-filles. J’avoue tout de suite à l’honorable cour que j’ai perverti tous mes enfants en les habituant à jouer dès leur plus jeune âge. D’ailleurs les deux plus grandes sont ludothécaires et la troisième souvent bénévole pour ses soeurs. Heureusement, Tom souhaite devenir chimiste, ce qui sauvera peut-être l’honneur de la famille. J’espère qu’il me vaudra des circonstances atténuantes.

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Je crains que ce ne soit à cause de mes activités qui, à petite échelle, incitent de très sérieuses personnes à découvrir des plaisirs ludiques et conviviaux au détriment d’activités plus respectables telles que la chasse aux papillons ou la linamentophilie.

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

J’avoue que mes parents sont en grande partie responsables de mon goût pour cette pratique plus que douteuse. J’ai appris à jouer à rami à trois ans, à la belote à quatre et au poker à cinq. J’ai également pratiqué assidûment Petits Chevaux, Nain Jaune et tout ce qui existait à l’époque. Mais le pire était à venir avec l’éclosion de jeux totalement différents, au tout début du dernier quart du siècle dernier. Ce fut la catastrophe ! Dune, Civilisation, Hoax, Acquire, Borderlands, Cosmic Encounter, Organized Crime et tant d’autres. Et puis les jeux de rôles… Là, tout était irrémédiablement fichu !

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

J’espère que mon pire forfait n’est pas encore commis ! Mais j’avoue avoir une déplorable envie d’emprunter des chemins nouveaux et non balisés qui me poussent à commettre des jeux qui introduisent des systèmes qui ne sont pas encore dans l’air du temps comme les enchères dans Das Gold der Mayas ou le chaos dans Élixir.

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Peu importe, tant que le système du jeu sert son thème - quoique lever des plis ne soit pas ma tasse de thé. Mon modus opérandi, si tant est que j’en aie un,   serait plutôt basé sur l’interaction afin de favoriser le « relationnel » plutôt que le « technique ». Mais j’ai également commis quelques jeux purement techniques qui me plaisent tout autant…

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Je n’ai aucun complice préféré mais, si j’en avais, je ne tiendrais pas à les couvrir, bien au contraire !

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

J’avoue être assez inconstante et ne pas avoir réellement de dealers favoris. Peu m’importe l’auteur ou l’éditeur, j’aime un jeu ou je ne l’aime pas. Et j’aime des tas de jeux différents selon les moments et les gens avec lesquels je les partage.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Des remords, certainement pas ! Je plaide totalement coupable et je ne renie rien de ce que j’ai fait. Je suis très fière d’avoir réussi à corrompre de nombreux jeunes - ou moins jeunes - gens, tout particulièrement avec Élixir qui, je crois, a beaucoup fait pour les détourner du droit chemin. Et si l’honorable cour décide de me condamner, qu’elle n’oublie pas de remplir les étagères de ma cellule avec des ramettes de bristol, des feutres, des ciseaux, des pions, des dés et des bouts de ficelle afin que je puisse continuer.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
.....

Madame BARC Sylvie, après délibération, le jury vous reconnaît coupable de Capharnaüm et de Sharivari dans la Casbah. La cour vous condamne à 3 épreuves : boire l'Elixir de vérité, faire le tour du monde avec comme étapes obligatoires Paris, Bombay, La Savane, La ville de Rattlesnake et enfin à regarder "Un homme et une femme" en boucle !


18:15 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

16/02/2008

Le procès ludique d'Aurélie Vandendijck

Enfin une présence féminine dans le box des accusés. Aurélie Vandendijck, vendeuse de jeux dans sa boutique sise à Verviers, s'avance à la barre.
Aurélie Vandendijck

 
Présidente de la cour: Roxane
Greffier: Sebastien
Jury: Les Ouvre-Boîtes
Accusé, levez-vous, Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...
 Vandendijck, Aurélie (les autres prénoms seront tus) 28ans, Joueuse semi-professionnelle, vendeuse de jeux de mon état et animatrice des-dit même jeux.
Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?
Non, je ne sais pas la cause de ce jugement, mais je suis certaine de n'avoir rien fait de mal.
Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?
Je joue depuis que je suis en âge de rester assise sur une chaise et de comprendre des règles de jeu. Ca s'est passé en 1985 ma première partie de cartes je devais avoir 6 ans et c'était de la belote,  après cette découverte, on a énormément joué aux cartes en famille, puis à des jeux comme le Risk, le petit bac, Stratégo, que des classiques en gros. J'ai touché mon premier jeu spé (sans le savoir) il y a bientôt 8ans, c'était Elixir, et je commençais en parallèle à découvrir le jeu de rôles (Dungeons & Dragons et Elric).
Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?
Avoir des jeux non encore découverts dans ma ludothèque.
Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?
J'adore toucher à tout, mais j'ai une préférence pour les jeux d'expression, où il y a de la parlotte quoi.
Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?
Mon complice préféré est mon compagnon, qui m'a fait découvrir l'univers du jeu de rôles, ce qui m'a donné le goût des réunions entre amis autour d'une table. Je le couvre et le laisse jouer à sa passion, car il m'a soutenu dans mon projet quand j'ai décidé d'explorer l'univers aussi grandiose du jeu de société.
Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?
J'ai une attirance pour Repos Prod, pour le moment j'ai tous leurs jeux, ils concordent bien avec mes goûts pour les jeux d'ambiance. Sinon je n'ai pas d'attirance particulière pour un auteur ou un éditeur en particulier. Je joue et si j'aime, je prends.
Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?
Oui je ne joue pas assez et je regrette de ne pas rencontrer plus souvent les acteurs actifs de la communauté ludique. (les joueurs passionnés, les auteurs de jeux, les éditeurs etc).
Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...
...
Mademoiselle VANDENDIJCK Aurélie, après délibération, le jury vous reconnaît coupable de prosélytisme ludique à fins commerciales. La cour statuera sur votre sort après avoir obtenu les résultats d'une évaluation psychologique car vous semblez grandement "Fol'en Jeux".

22:11 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

09/02/2008

Le procès ludique de Didier Delhez

Dans le cadre du premier mois de leurs auditions juridiques, les Ouvre-Boîtes entendent Didier Delhez. Rédacteur en chef du magazine plato, le prévenu doit répondre de deux graves accusations : avoir été l'un des catalyseurs de la création de notre club et avoir alimenté la ludothèque du club grâce aux concours du magazine précité.

delhez

Présidente de la cour : Roxane

Greffier : Sebastien

Jury : Les Ouvre-Boîtes

Accusé, levez-vous,Veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Je dois être en retard pour ma TVA ou mes cotisations sociales, non?

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

Il y a eu la période ado où j'ai découvert les jeux de société par le truchement du légendaire Jeux & Stratégie. J'y lisais la description des règles de jeux avec grand plaisir. Puis j'ai bifurqué vers les jeux de rôle grâce à Casus Belli. La vie active a ensuite pris le dessus, mais je suis revenu au jeu quand j'ai eu des enfants… comme beaucoup d'autres, je crois.

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle?

Sans doute d'avoir délaissé le jeu de société pendant dix grosses années. Honte à moi.

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi?

J'aime beaucoup les jeux familiaux qui cumule de la stratégie et un peu de hasard bien géré. Par exemple Roborally correspond vraiment à cette définition. J'ai de plus en plus de mal à jouer à des jeux trop pointus qui durent des heures et des heures. Cela tient sans doute aux personnes avec qui je joue.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Des amis, avec leurs enfants, souvent. J'aime beaucoup mêler les enfants à des jeux plus adultes. Si besoin est, je simplifie les règles pour les mettre à leur portée. Voir ce que des enfants sont capables de tirer de jeux compliqués est très gratifiant, quand on a passé un après-midi à leur apprendre à jouer.

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Je suis plus adepte de certains éditeurs que d'auteurs particuliers. J'admire par exemple le travail d'édition de Days of Wonder, leur savoir-faire et leur professionnalisme. L'aspect illustratif de Dreie Magier Spiele et l'inventivité de leurs jeux pour enfants me ravi aussi. Par contre, j'ai beaucoup plus de mal avec les jeux abstraits, car un univers, même s'il est artificiellement collé sur une mécanique, apporte un côté sexy indispensable, à mon sens.

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Je suis un peu désolé de ne pas aimer tous les jeux; je parle de ceux édité en dehors des «majors». Je connais le travail et l'implication que cela demande d'accoucher d'une création, ludique dans le présent cas. Il serait formidable que chaque jeu soit récompensé par un succès au moins d'estime, eu égard au temps passé à le développer. C'est une belle utopie.Malheureusement, beaucoup de jeux n'ont que peu d'intérêt, et ne trouveront jamais preneur. Quel dommage, dès lors, toute cette énergie dépensée en vain.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...

...

Monsieur DELHEZ Didier, après délibération, le jury vous reconnaît non-coupable de tous les chefs d'accusation. La cour espère que cet acte de clémence vous incitera à vous pencher rapidement sur (moquerie au propos rétroactivement nul et non avenu, effacée à la demande du grâcié).

20:40 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

03/02/2008

Le procès ludique de Laurent Massotte

Silence ou je fais évacuer la salle! C'est le délire sur les bancs car s'avance à la barre Laurent Massotte...Ah non? Pourtant le dit Massotte est tout de même président d'un des deux plus ancien clubs encore en activité en Belgique. De plus, il écrit dans diverses publications dont le magazine plato.

Massotte Laurent Avatar

Présidente de la cour : Roxane

Greffier : Sebastien

Jury : Les Ouvre-Boîtes

 

 

Accusé, levez-vous, veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

 

Massotte, Laurent (Claude, Marcel). Mon troisième prénom fait très "années 50", Borsalino and Co… Je n'en suis pas peu fier (même si je le préfère en dernière position). Il me vient d'un tonton gendarme. Eh oui! Que voulez-vous, Madame la Présidente. Dans toutes les bonnes familles, il y a un ripou! Mon âge: 45 piges, Madame la Présidente, et ça ne s'arrange pas avec les années. Qualité, qualité, c'est vite dit! Disons que mon plus petit défaut est d'être "très joueur".

 

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour?

 

Moi oui, Madame la Présidente! Mais vous, je n'en suis pas certain. On peut s'arranger pour l'acte d'accusation si vous voulez! 50/50, ça vous convient?

 

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société?

 

Le début de la déchéance remonte à bientôt 25 ans, Madame la présidente. A l'époque, je n'étais pas encore assujetti à cette drogue. Ca a commencé tout doucement avec Jeux et Stratégie et le jeu de rôle D&D. Après, ce fut l'enchaînement, le cercle vicieux, l'Appel de Cthulhu, si vous voyez ce que je veux dire. J'ai bien essayé de déménager, de quitter une ville pour une autre, d'abandonner mes penchants les plus néfastes mais mes pulsions m'ont suivi. J'ai commis l'erreur d'entrer dans un club, d'en créer un autre, d'écrire des articles… La totale, quoi, Madame la Présidente. Mais j'ai tout de même gardé un peu de respect pour moi-même. Je ne suis jamais tombé dans les tréfonds de la turpitude. Les jeux sur PC et les jeux de cartes à collectionner ne sont jamais parvenus à m'attirer dans leurs filets. On a sa petite fierté, Madame le Présidente.

 

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle?

 

Ma carrière est si longue que je n'ose même plus y penser, Madame la Présidente. Quand je me retourne, je ne vois que coup bas, vacheries faites à mes meilleurs copains, agressions variées et gratuites… Mais je crois, Madame la Présidente, que le pire que j'ai pu faire est d'offrir Supergang à une amie et de ne pas en avoir acquis un pour moi. J'ai bien essayé de le lui reprendre quand j'ai compris mon erreur mais rien à faire. Elle est coriace! Pas moyen de lui faire cracher le morceau! Je ne m'en suis toujours pas remis et j'ai honte, Madame la Présidente, j'ai honte de ce forfait. Pensez donc, Supergang! Ca vaut des millions, aujourd'hui! 

 

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi?

 

Tout, Madame la Présidente, je fais tout! Même si, aujourd'hui, les plis… c'est plus trop mon truc. Mais les cartes, j'aime toujours, attention. Je ne renie rien. Un bon jeu avec des cartes "actions", un peu de dés ici ou là et quelques tuiles à poser, un rêve, Madame la Présidente, un rêve de gosse.

 

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir?

 

Au club, Madame la Présidente, c'est moi le président. C'est un peu comme si je vous demandais de couvrir votre greffier pour les erreurs qu'il a commises. Vous n'y pensez pas. C'est aux autres de couvrir mes fautes et de protéger mes arrières. A eux de servir de fusible en cas de problème. Sinon, à quoi ça sert d'être président? Moi, je suis prêt à tous vous les donner contre une remise de peine, Madame la Présidente. Y'à Papytrick, celui qu'on appelle "doc" parce que c'est le plus malin de la bande. Y'à Frédo, le chef de gare, celui qu'à pas son pareil pour vous dénicher un bon jeu de train. Y'a aussi Yvon, le p'tit teigneux, celui qui vous massacre une partie dès qu'on lui fait une vacherie… Tous, Madame la Présidente, je vais tous vous les donner!

 

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence?

 

Mes dealers préférés? Bah, y'en a beaucoup, faut dire, Madame la Présidente. J'aime bien Kramer le germanique même s'il n'est pas toujours à la hauteur. La bande à Days of Wonder a aussi du bon quand ils s'appliquent à faire du plateau et ne se laissent pas envahir par les p'tits soldats. Et le team Ystari se débrouille plutôt bien quand ils ne nous font pas des coups foireux avec des plans de ville trop compliqués.

 

Avez-vous des remords à exprimer? Si oui, lesquels? Si non, pourquoi?

 

Des remords, Madame la Présidente! Vous n'avez pas écouté ce que je vous ai dit! Y'a pas de remord qui tiennent dans le milieu! Tu joues ou tu crèves! On a pas le temps de se retourner pour réfléchir à ce qu'on a fait de bien ou pas bien. On joue, c'est tout. Le jeu, Madame la Présidente, y'a que ça de vrai, je vous jure! Vous devriez essayer. J'ai justement de l'hambourgeois dans ma poche. Si vous voulez y goûter, je vous prépare une petite table, vous m'en direz des nouvelles. A moins que vous préfériez du Cuba? C'est du tout bon aussi, aucun risque de tomber malade avec ça! Pardon? Vingt ans, Madame la Présidente! Vingt ans de jeux forcés! Vous êtes trop bonne, Madame la Présidente, je n'en méritais pas tant.

 

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...

 

 

...

 

 

 

Monsieur MASSOTTE Laurent, après délibération, le jury vous reconnaît coupable d'animations ludiques en terre ardente et de prosélytisme par voie d'écrit. La cour entend bien votre demande et vous condamne dès lors à 20 ans de jeu forcé, Destins le jeu de la vie et rien d'autre! Ah Ah Ah

22:12 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

26/01/2008

Le procès ludique de Bruno Cathala

Justice est sur le point d'être une nouvelle fois rendue. Le très populaire Bruno Cathala s'avance à la barre pour une audition qui s'annonce à la hauteur du personnage. Merci à lui pour ce moment irrésistible (et pour la photo diabolique) !

Seb et Bruno Cathala

Présidente de la cour :Roxane

Greffier : Sebastien

Jury : Les Ouvre-Boîtes

Accusé, levez-vous, veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Alors dans l'ordre:- Des Montagnes- Bruno et c'est tout- 44 ans jusqu'à preuve du contraire- Oui, plein, mais faut pas le répéter.

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Il s'agit incontestablement d'une erreur judiciaire, je ne vois pas d'autre explication. Ou alors quelqu'un m'a vu sur scène au théâtre ou entendu jouer de la guitare, et dans ce cas je plaide coupable pour atteinte au bon goût, votre honnoritude.

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

En tant que joueur.. c'était once upon a time, c'est à dire un peu avant naguére, dans les années bissextiles... Une époque où j'avais des cheveux, un short, et moins de 10 ans, et où mes parents instituteurs dans un patelin de moins de 200 habitants paumé dans la montage avaient sympathisé avec le couple d'instituteurs du village voisin (ces bêtes là se reconnaissent entre elles, communiquent entre elles dans un langage étrange compris que d'elles seules, et souvent même, se reproduisent entre elles, ce qui donne des résultats euh.. comment dire.. ben vous voyez, quoi...). Couple voisin, donc, qui avait des enfants un peu plus grands que nous et qui nous ont entrainés, ma soeur et moi, dans des parties de Monopoly, tout d'abord, puis de Richesses du Monde pendant que les adultes parlaient politique à table.

En tant qu'auteur, c'est en 2000, pour fêter le nouveau millénaire, ma séparation récente, et me changer un peu les idées le soir en sortant d'un boulot consacré à la vie intime des atomes de Tungstène,  que je me suis lancé dans la création de mon premier prototype, Sans Foi Ni loi, qui aura finalement été publié en 2002.Bref, votre honneur, chacun pourra constater que des parents instits et politisés, une soeur, l'obligation de jouer au monopoly, une séparation, et les atomes de Tungstène, constituent autant de circonstances atténuantes, voire même exténuantes, dans l'affaire pour laquelle je com-parais (et non pas l'inverse, veuillez cessez vos ricanements sinon je fais évacuer la salle, merci).

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ?

Le Félon dans les Chevaliers de la Table Ronde...

Oui, je l'avoue, faire un jeu de coopération, mais dans lequel il est possible (mais jamais certain) que l'un des joueurs soit en réalité un félon tentant de mener les chevaliers à leur perte, conduisant ainsi une tablée d'amis à se regarder avec méfiance et même inquiétude lorsque l'action de l'un d'entre eux ne semble pas la plus adaptée fac à la menace du moment, les poussant ainsi à s'accuser, le plus souvent à tort, c'est mal... très mal...

MAIS C'EST BON, TROP BON !!!ha haha ha hahahahahahahaha (rire diabolique).

Bruno en lucifer

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Aucun , votre honnorisme !!

En effet, vous vous égarez en confondant la fin et les moyens.Lancer de dés, pose de tuiles, plis, etc, ne sont que des moyens, des outils au service d'une fin unique, tenter de créer un vrai moment d'interaction, de partage, de plaisir, entre amis ou en famille réunis autour d'une table, le temps d'une partie.

Peu importe le vin, pourvu qu'on ait l'ivresse !

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir ?

Mes complices préférés sont:

  • Bruno Faidutti, parce que je lui serai toujours reconnaissant du coup de pouce du départ,
  • Serge Laget, parce qu'il est le grand frère que je n'ai pas eu,
  • Ludovic Maublanc, pour ses inspirations d'ombre et de lumière ;-)
  • Sébastien Pauchon, parce que nous avons en commun la haine de certains pandas
  • Malcolm Braff, parce que un suisse peut en cacher un autre
  • Antoine Bauza, parce que nous avons en commun l'amour d'autres pandas.

Mais n'allez pas leur chercher des histoires... si certains méfaits ont été commis en communs, c'est juste parce que j'ai usé de menaces à leur égard ! What else !

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Votre honorité, je ne suis pas un serial gamer et à ce titre n'ai pas besoin de cure de désintoxication.Je n'ai donc pas non plus de syndrôme compulsif systématique à la sortie du dernier jeu de tel auteur ou tel éditeurJe ne peux donc que parler de mes coups de coeur du moment:

- Marrakesh (de Domique Erhardt chez Gigamic. Un auteur avec lequel j'aimerai beaucoup commettre un casse ludique dans le futur)

- Metropolys (de Sébastien Pauchon chez Ystari, pas encore sorti mais j'ai joué sur le proto).

Avez-vous des remords à exprimer ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

Aucun remord. J'assume tout ce que j'ai pu commettre jusqu'à présent et ai bien l'intention de continuer... pourvu que les commanditaires continuent à me faire confiance, ce qui n'est jamais gagné d'avance.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...

...

Monsieur CATHALA Bruno, après délibération, le jury vous reconnaît coupable de ludopathie chronique et d'association de ludofaiseurs. La cour vous condamne dès lors à entamer toutes vos futures parties de jeux de société en costume de Lucifer. De plus, vous devrez effectuer des travaux d'interêts ludiques pour le plus grand plaisir de tous!

21:35 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |

21/01/2008

Le procès ludique de Bruno Faidutti

Aujourd'hui débutent les procès ludiques intentés par les Ouvre-Boîtes à l'encontre de personnalités notables de la communauté du jeu de société. Bruno Faidutti, auteur apprécié de tous, est le premier à se présenter à la barre. Qu'il en soit remercié!

bruno faidutti

Présidente de la cour : Roxane

Greffier : Sebastien

Jury : Les Ouvre-Boîtes

Accusé, levez-vous, veuillez décliner vos nom, prénoms, âge et qualité...

Faidutti, Bruno, modeste

Savez-vous pour quelles raisons vous apparaissez devant cette cour ?

Ben heu, non…

Veuillez rappeler aux jurés à quelle époque et en quelles circonstances vous avez commencé à vous adonner aux jeux de société ?

J'ai beaucoup joué aux échecs dans mon adolescence, puis j'ai découvert simultanément les jeux de rôles et Cosmic Encounter à la fin des années soixante-dix. Ensuite, je suis passé par le poker et les grandeur nature, avant de m'assagir de nouveau dans les jeux de société.

Quel est, de votre propre avis, le pire forfait de votre carrière ludocriminelle ? 

Avoir adapté en jeu de société le naufrage du Kursk (mais ça sortira sur un thème quelque peu atténué) 

Lancer des dés, poser des tuiles, lever des plis, quel modus operandi préférez-vous et pourquoi ?

Lancer des tuiles, je pense que c'est une idée à creuser.

Quels sont vos éventuels complices préférés et pourquoi êtes-vous prêt à les couvrir?

Soyons clairs, je ne couvrirai personne.

Auprès de quels dealers (auteurs, éditeurs) de frissons ludiques vous approvisionnez-vous avec le plus de fréquence ?

Très variable, mais je suis très curieux des jeux publiés par Days of Wonder, Asmodée, Alea, FFG, Z-Man Games, Abacus…

Avez-vous des remords à exprimer? Si oui, lesquels? Si non, pourquoi?

Aucun, ma religion me l'interdit.

Vous pouvez vous rasseoir, le jury se retire pour délibérer...

 

...

 

Monsieur FAIDUTTI Bruno, après délibération, le jury vous reconnaît coupable de succès ludiques à répétition. La cour vous condamne dès lors à continuer à solliciter nos méninges et nos zygomatiques avec vos jeux délectables.

00:54 Écrit par Les Ouvre-Bo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les proces ludiques |  Facebook |